AgadirLoisirs et Sports

Agadir Foot / HUSA : Préserver la Mémoire du Club Soussi et honorer le présent et l’avenir.

Maintenant que la F R M F a décidé de reprendre la compétition après un long arrêt (circonstances Covid obligent), cela nous conduit à jeter un regard acerbe sur notre chère gazelle du Souss qui se débat en queue de classement. 

Le club a créé sa Société Anonyme : Le Hassania Agadir Football Club (SA) à qui nous souhaitons bonne chance et plein succès dans cette entreprise. Nous espérons des jours meilleurs pour notre bien aimée H U S A dont on connaît l’attachement indéfectible de la population d’Agadir et du Souss ainsi que la diaspora Soussie au Maroc et à travers le monde à leur club phare.

Il est bon de rappeler qu’il y a 60 ans le H U S A a perdu nombre de ses joueurs et dirigeants dans le tremblement de terre de 1960 parmi lesquels : Amin Mbark dont le frère Abdallah a fait les beaux jours du Hassania à côté de Ben Aissa Hamma Chicha…etc.

Nous pouvons également citer comme victimes de cette catastrophe Da Mbark et Antonio (Gadiri d’origine Espagnole). Le Hassania a également perdu l’un de ses dirigeants fondateurs  Lhoucine Bijaouane Vice-président du Hassania en 1960 dont le stade municipal portait son nom avant de devenir ce qu’il est actuellement …un triste parking.

En se penchant sur l’histoire du Hassania, nous constatons que son traitement médiatique comporte des lacunes surtout en ce qui concerne la période qui va de sa création en 1946 jusqu’à sa relégation en D2 en 1968-69.

Pour y remédier, il faut faire appel à la mémoire des anciens du club (joueurs, dirigeants et supporters) connaisseurs et témoins privilégiés de cette époque ; tels que  Tahbousti Mohamed dit Hamma qui, dans un vibrant hommage posthume à Feu Ahmed Ben Aissa a rappelé des anecdotes et des détails relatifs à cette période qu’il est bon de rappeler à tous ceux nombreux qui ont le Hassania à coeur.

Tahbousti Med dit Hamma, ancien joueur et vedette sans exagération (voir les éloges et les commentaires des journalistes et chroniqueurs sportifs à son égard dans les médias tels que « le petit marocain  » ou « la vigie marocaine  » ou encore sur les ondes de la Radio nationale…) Il fut surnommé Le Garincha d’Afrique, ce qui était un exploit pour l’époque.

D’autres joueurs étaient également mis en exergue: Feu Benaissa (le canonnier et meilleur buteur du Maroc en 62-63) Lahcen Chicha (le magicien du ballon rond), Abdesslam dont la détente était légendaire. My Abdelaziz Hacham (grand milieu du Hassania, blessé gravement lors d’un match contre le Stade Marocain à Rabat) Feu Mokhtar Banane (ailier gauche), Ahmed Ammar (ailier droit), le professeur El Ghali (milieu de terrain). Abdelkader, Mechta, Ba Messaoud , Belahcen, Abdallah Oumbark dit Bomba , Bourhim, Benchiguer, Omar, (Larbi Bouyi et Zaz cédés par le TAS de Feu Larbi Zaouli ), Abdelwahab, La liste est longue et que tous ceux que nous n’avons pas cités nous pardonneront.

Il appartient à tous les amoureux du Hassania de compléter cette liste d’une belle saga d’un club singulier, qui mérite que l’on décortique son histoire formidable et montrer qu’une petite ville comme Agadir (elle comptait à peine 20 000 habitants après le tremblement de terre de 1960) peut rivaliser avec les grande, pourvu qu’il y ait de la volonté et de la discipline.

C’est une belle leçon de courage et de persévérance pour notre jeunesse qui a besoin de repères en ces temps incertains. Malgré des moyens modestes – le Hassania n’avait pas les moyens que possédaient le WAC, les FAR, le RAC ou le FUS par exemple- le club honorait tous ses engagements. Il était le club qui parcourait le plus de kilomètres devant le M C Oujda: le Hassania devait se déplacer 4 à 5 fois à Casablanca contre le R A C, le R A J A, le T A S, le WAC.

A Rabat contre les F A R, le F U S et le  Stade Marocain. A Kenitra, à  Sidi Kacem,  Fez (M A S), (CODEM) à Meknes, à Tétouan (presque 2500km aller-retour), à Oujda (près de 3000 km aller-retour)…etc.

Et c’était souvent avec les voitures particulières des dirigeants et des joueurs, ainsi que de certains supporters qu’ils accomplissaient ces déplacements. Rappelons qu’à l’époque, il n’y avait pas d’auto-route, ni même la route Agadir Marrakech par Amskroud qui simplifiait légèrement le trajet vers Casablanca. Il fallait passer par les environs d’Essaouira et le Toboggan, une route dangereuse et périlleuse et qui plus est plus longue. Cette route était connue pour être l’une des plus meurtrières du réseau routier marocain.

Rappelons que ces joueurs étaient des amateurs et qu’ils devaient regagner leurs postes de travail le lundi matin sans oublier les étudiants comme le Docteur Nbou Abdesslam qui poursuivaient des études universitaires très exigeantes et qui s’acquittaient de leur tâche avec tout le sérieux requis.

Nous ne remercierons jamais assez ces héros qui ont porté haut les couleurs d’Agadir et du Souss. Ils resteront dans la mémoire footballistique et sportive de la région. Pensées respectueuses à tous les dirigeants et différents staffs qui ont eu en mains la conduite de la destinée du Hassania. A commencer par les fondateurs :

Lahlou, Bijaouane (qui a fait don d’une partie de son terrain), les frères Abbas et Ahmed El Kabbaj, Ahmed Oulhaj Akhennouch, Hoummad Oulyazid Goghrod,  Achengli Lahoucine (longtemps président du club et qui grâce à sa proximité avec Feu S.M Hasan II a permis au Hassania d’accomplir des déplacements lointains comme à Oujda à bord d’avions des F A R). Arsalane, Mohamed Belhaj Missa qui a également présidé à la destinée du club durant belle lurette, les frères Laanaït Mbark et Lahoucine, elhaj Bahcine Daher qui présidait également le club de ANZA.

L’ex commissaire Mustapha Tarik qui avait beaucoup aidé le Hassania en renforts de joueurs issus de la police comme Omar Elknitri ou Taher ou encore l’inspecteur El Bouzidi venant du MAS (auteur d’un très beau but contre REIMS de Raymond Kopa, en 1966,lors d’un match amical où le Hassania s’est incliné 2-4 ). Le Docteur Beljiti, Kerbid,  Oualik …etc .

Ici également la liste est longue et comme pour les joueurs, il faut la rendre exhaustive (c’est l’affaire de tous ceux qui s’intéressent au Hassania).

Le dénominateur commun de tous ces dirigeants est qu’ils ne lésinaient pas sur les moyens et mettaient un point d’honneur à bien chérir leur Club en lui choisissant de très bons entraîneurs à l’instar de Pavo qui a hissé le Hassania en finale de coupe du trône 62-63,      Nagy d’origine Hongroise qui avait un pub Av Hassan II,  Mr Lucas Français qui avait ouvert un club de fitness à Talborjt..etc

Abdelkader El Khemiri qui a rajeuni l’équipe en donnant leur chance aux plus jeunes comme comme Feu Mokhtar Banane (plusieurs fois international espoir) ,le professeur Ahmed Ammar, Blal .D’autres jeunes talents issus de la ligue du Souss notamment Inezgane: Amazzal , Bahssou, Feu Koucha un bon défenseur qui prenait souvent l’ascendant sur les ailiers de l’époque, Hazine de Dcheira…etc.

Sur le plan équipementier, le Hassania n’avait rien à envier à ses contemporains. Les joueurs étaient élégants (voir les photos de l’époque).

Sans compter l’apport des supporters: Entrepreneurs (comme El haj Brahim Arsalane )commerçants (comme El haj Abdellah Achtouk Missa, Abdellah Novo ) , armateurs  (comme Mr Sadani Mohamed Ou Ali, ou encore Elhaj Largo …) transporteurs (Noussairi , Bachra…)

Une anecdote révélatrice de cet engouement pour le Hassania, en 1966, lors d’un match à Casablanca, Bouchaïb Zaz, célèbre gardien de but du Hassania, avait arrêté un penalty et, El Haj Abbas, commerçant bien connu à Talborjt est descendu de la tribune du Stade d’honneur pour remettre une récompense à Zaz, sous les regards ébahis du public du Stade d’honneur. Le lendemain, ce  geste a fait la une des journaux.

Enfin, il faut rendre hommage à tous ceux qui œuvrent pour la sauvegarde de cette mémoire, en particulier l’association Izoran Agadir avec: Bajalat Med, Jafri Y, Saadani Khalid , Abou El Mahacine , Roussafi, Boutazlout … etc qui font un travail formidable en organisant des tournois de Foot qui mettent en exergue ces anciens ou tout simplement, en leur rendant hommage sur leur Forum.

Merci à Tous.

C’est par souci de préserver cette mémoire qu’il faudrait faire appel aux souvenirs des supporters de la première heure qui sont encore en vie pour enrichir cette histoire comme Mr Mhend Andjar (gendre de la famille Banane) qui avait un salon de coiffure au marché du quartier industriel (principale artère commerciale d’Agadir au début des années 60 ). C’était là que nombre de joueurs et de dirigeants du Hassania venaient refaire le match et parfois le monde !!!

P S: ceci n’est que de bribes de mémoires sur une petite période de l’histoire du Hassania qui s’arrête à la fin des années 60. Que ceux que nous n’avons pas cités nous pardonneront. Il appartient à tous ceux qui s’intéressent au Hassania de compléter et d’enrichir cette histoire.

A suivre…..

Par  Abdelmajid OUBOU  et  Asmaa OUBOU

 

 

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer