AgadirEssaouiraFèsHôtellerieMarrakechOuarzazateTourisme

Coronavirus: le tourisme marocain sévèrement touché, le gouvernement appelé à la rescousse

L’épidémie du Covid-19 impacte lourdement le secteur touristique mondial. Le Maroc n’est en reste et les professionnels comptent leurs pertes en attendant une réaction de la tutelle.

 

La propagation du nouveau coronavirus touche de plein fouet le secteur du tourisme dans le monde entier avec des baisses très importantes, selon les chiffres du World Travel Tourism and Council.

L’épidémie a généré, à date, des pertes estimées à 22 milliards de dollars, soit une chute de 7% par rapport à la même période de l’année dernière. Un montant qui est susceptible d’augmenter, pour franchir la barre des 49 milliards de dollars, si l’épidémie dure plus longtemps.

Le tourisme marocain en souffrance

Au moment où les études prévoyaient la continuité de la tendance haussière du tourisme au Maroc, l’épidémie de coronavirus a pris tout le monde de court.

Tout a commencé avec la décision du gouvernement chinois qui a recommandé aux agences de voyages chinoises d’annuler toutes les réservations, ce qui a privé le Maroc de l’arrivée de 52.000 touristes, au premier trimestre de l’année en cours. Une période qui représente la haute saison dans « l’empire du milieu » puisqu’elle coïncide avec le nouvel an chinois.

« Les mois de janvier et février étaient excellents, et nous avons connu une appréciation assez importante de 8% à 12% de touristes durant ces deux mois. Les 3 mois à venir, à savoir mars, avril et mai, nous anticipons une baisse jusqu’à 30% de visiteurs », explique Othman Cherif Alami, président d’Atlas Voyage, sur LinkedIn.

La propagation de l’épidémie menace

Le coronavirus a facilement atteint d’autres pays du globe, ce qui a incité les gouvernements des différents pays à demander à leurs citoyens, de limiter leurs voyages.

Une démarche qui risque de coûter cher au Royaume, surtout que le Covid-19 a touché des pays parmi les principaux émetteurs pour le secteur touristique marocain, tels que l’Italie, la France, l’Allemagne, etc.

D’après un responsable de l’agence de voyage, Amazing Morocco : « Le marché italien est, pour le moment, bloqué, tous nos clients italiens ont annulé leurs réservations. Les touristes français sont aussi nombreux à avoir annulé leur arrivée au Maroc, mais l’impact reste moins important que sur le marché italien ».

Les agences de voyage tirent la sonnette d’alarme

Le coup le plus dur a été reçu après l’arrêt temporaire de la Omra, par l’Arabie saoudite. Pour des mesures de sécurité, le gouvernement saoudien a suspendu la Omra, afin de pouvoir mettre en place l’ensemble des mesures sécuritaires nécessaires à limiter l’arrivée, et surtout la propagation du coronavirus.

La Omra constitue, en plus du Hajj, la principale source de revenu des agences de voyage. Sa suspension a provoqué un mouvement de panique chez ces dernières, surtout avec les demandes de remboursement qui n’ont pas cessé d’augmenter.

Le président d’Atlas Voyage a déclaré que « le secteur pourrait perdre entre 100.000 et 500.000 touristes », avant de poursuivre « l’arrêt temporaire de la Omra pénalise fortement les agences de voyage ».

Le gouvernement appelé à la rescousse

Le président de la Fédération Nationale des Agence de Voyage au Maroc, Khalid Benazzouz, a, pour sa part, affirmé que les agences de voyage attendent une réaction de la part du gouvernement marocain, afin de les soutenir dans cette situation critique, qui menace leur activité.

Quant aux autres acteurs du tourisme marocain : hôtels, restaurants et agences de transports, ils sont aussi touchés par les annulations d’évènement et devront quasiment tout miser sur le tourisme intérieur pour rattraper ce qui ressemble de plus en plus à une « Annus horribilis » à moins que la tutelle ne déclenche un plan de crise pour sauver ce qui peut l’être encore…

 

Source : LesInfos.ma

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer