Loisirs et Sports

Morocco Desert Challenge 11 è SAMEDI 13 AVRIL ETAPE 1 : AGADIR – PLAGE BLANCHE – ABETTEH

UNE BELLE ENTREE EN MATIERE La 11ème édition du Morocco Desert Challenge a été officiellement lancée ce midi avec le départ du prologue. Une journée en deux parties pour les concurrents qui ont d’abord quitté la place Al Amal d’Agadir très tôt le matin afin de rejoindre la Plage Blanche pour 10 heures. 260 kilomètres de route ont permis aux 555 véhicules d’échauffer leur moteur avant de commencer la course avec une première étape de 217 kilomètres démarrant sur le bord de mer.

 UNE BELLE ENTREE EN MATIERE

 

La 11ème édition du Morocco Desert Challenge a été officiellement lancée ce midi avec le départ du prologue. Une journée en deux parties pour les concurrents qui ont d’abord quitté la place Al Amal d’Agadir très tôt le matin afin de rejoindre la Plage Blanche pour 10 heures. 260 kilomètres de route ont permis aux 555 véhicules d’échauffer leur moteur avant de commencer la course avec une première étape de 217 kilomètres démarrant sur le bord de mer.

 

QUE LE SPECTACLE COMMENCE !

Comme le veut la tradition, c’est un départ épic sur la Plage Blanche qui a lancé le Morocco Desert Challenge 2019. Sous les yeux de Gert Duson, heureux organisateur de cette édition record, les véhicules sont partis dans un décors magique entre falaise et mer. Un spectacle grandiose on l’a pu voir les motos d’abord s’élancées 10 par 10, puis les SSV 3 par 3 et enfin les autos et les camions 2 par 2 pour profiter au maximum de la largeur de la plage. Le parcours les a ensuite emmenés dans un canyon avant d’offrir aux équipages une magnifique vue sur l’Océan Atlantique pendant encore 20 kilomètres. Un tracé qui est passé à travers des pistes ensablées de type WRC, puis entre collines et vallées pour rejoindre la plage de Tan Tan et le premier checkpoint.

Après le CP, les participants ont pu entrer dans un partie du désert connu sous le nom du « Sahara Marocain ». Une zone très appréciée par les pilotes, peu caillouteuse et très agréable à conduire avec ses pistes sablonneuses et enlacées. La seconde partie de la spéciale était également intéressante côté navigation. Etant donné l’aspect sauvage de cette région éloignée de tout, les pistes sont très peu visibles et peuvent donner du fil à retordre aux concurrents.

 

UNE NAVIGATION COMPLIQUEE SUR DE BELLES PISTES

Le directeur sportif Jean-Claude Kaket l’avait annoncé, il fallait être vigilant avec le roadbook et bien suivre les distances pour les changements de direction. Beaucoup, voire presque tous, ont dû faire demi-tour ou se sont perdus dans ce prologue très varié. Pilote et co-pilote ont eu une entrée en matière intense et ont dû étroitement collaborer pour s’en sortir le mieux possible, même chez les motos l’entraide a payé. Ca a été le cas par exemple pour Skyler HOLMES (#106 – Husqvarna) et Pedrero JOAN (#104 – KTM) qui terminent 1 et 2 en un peu moins de 3 heures de course. Le 3ème de la catégorie est le Néerlandais Paul Spierings (#105 – Husqvarna) en 3:13:41. Le premier français est 5ème, il s’agit de Simon VITSE (#111 – Yamaha) qui compte 21’31’’ de retard sur le leader du classement général.

 

Les SSV ont très vite rattrapé un grand nombre de motos, se faufilant sans encombre sur les pistes taillées à leur mesure. Et c’est le Team Pinchedez qui a marqué le coup sur cette première journée avec la très belle performance du binôme Philippe PINCHEDEZ et Jean BRUCY (#203 – Can-am) qui bouclent la course en 3:03:25 et se placent en leader pour bien commencer grâce à une très bonne navigation. Les espagnols Juan Manuel MANA BENARROCH et Giovanna DI BLASI (#226 – Can-am) terminent juste derrière avec 4 minutes de retard, la 3ème place revient aux belges Joris BROSENS et Koen SLEGERS (#205 – Can-am). Beau résultat également pour le couple suisse ZOSSO (#204 – Can-am) qui finit 4ème malgré une casse de courroie pendant la spéciale.

MAUTRET père et fille sortent de cette étape à la 14ème place pour une prise en main dans cette catégorie où la jeune Louise (17 ans) a plutôt bien géré la navigation malgré 2 petites erreurs. Elle a su éviter les autres pièges qui ont posé pas mal de problèmes aux autres concurrents et prend donc de la confiance pour la suite de la compétition et pour le plus grand plaisir de son père.

 

Ils ont été les plus rapides du jour, dans la catégorie autos, ce sont les portugais Paulo FERREIRA et Jorge MONTEIRO (#303 – Toyota) qui remportent le prologue en 2:36:17 devant Erik VAN LOON et Alexandre WINOCQ (#304 – Toyota). Les français Jean-Pascal BESSON et Sébastien DELAUNAY (#307 – Peugeot DKR 3008) sont quelques peu déçus de leur 3ème place à cause d’une navigation peu évidente mais compte bien repartir de plus belle demain pour se battre sur la tête du classement. Le premier Optimus du Team MD Rallye Sport prend la 8ème place pour son baptême sur le MDC avec Rémy VAUTHIER et Jean-Michel POLATO qui ont également connu quelques difficultés au niveau du roadbook. Deux autres équipages français se retrouvent dans le top 10 : Ronald BASSO et Jean-Pierre GARCIN (#317 – MMP) sont 9èmes devant Jérome PELICHET et Pascal LARROQUE (#316 – Optimus).

 

Chez les camions, c’est le favori Martin VD BRINK (#501 – Renault Trucks) qui s’impose de justesse, a seulement 14 centièmes de secondes devant Gert HUZINK (#514 – Renault Trucks) ! La course qui réunit le plus grand nombre de camions en rallye-raid, annonce déjà une bataille pleine de suspense. 3ème du jour : Peter VERSLUIS (#516 – MAN) pointe à 1 minutes et 46 secondes.

 

Par Tim Van Steendam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer