Développement DurableHôtellerieOuarzazateTourisme

Tourisme Les pros du Tafilalet et Merzouga lancent un appel de détresse

S’il y a un secteur qui s’interroge avec beaucoup d’inquiétude sur son avenir et qui a besoin d’un soutien conséquent de l’État c’est bien celui du tourisme en général et le « tourisme dans le sable » dans le Désert et particulièrement dans la zone de Merzouga et toute sa région du Tafilalet.

Le Covid-19 étant une équation à plusieurs inconnues, les opérateurs touristiques locaux et la société civile en place craignent le pire et crient haut  et fort que la vie est devenue infernale en ces temps du COVID-19 pour les populations des Dunes de l’Erg Chebbi et de la région de Merzouga.

En effet, à l’instar de toutes les destinations touristiques du Maroc, la destination désertique de Merzouga et des dunes de l’Erg Chebbi prisés pour le tourisme dans le sable (psammotourisme) qui offrent aussi un cadre idéal pour une rencontre avec le désert et le Sahara, a été frappée de plein fouet elle aussi par les effets néfastes de la pandémie du coronavirus, fermant hôtels et restaurants, cloué au sol des avions, mis des agences de voyages à l’arrêt,  des transporteurs paralysés et bien d’autres prestataires de services comme les bazaristes et les guides, mis au chômage.

Selon Youssef Ouadjane, acteur associatif et formateur, la région du Tafilalet et Merzouga compte plus de 100 établissements touristiques autorisés dont 62 classés qui sont fermés depuis 06 mois, environ 130 Bivouacs mis à l’arrêt, plus de 250 chameliers disposant d’environ 1300 dromadaires mis au chômage, et plus de 130 véhicules de transport touristique dont des Quads et buggy gérés par 16 agences ont mis la clef sous le paillasson. « Faîtes le compte et vous aurez le nombre de personnes qui se compte par des centaines mis au chômage et dont plus de 80% ne sont pas inscrits à la CNSS et, du coup, n’ont pas pu bénéficier du soutien accordé par le Fonds spécial dédié à la gestion de la pandémie du Coronavirus (Covid-19) ».

D’après Mbarek Oussidi, acteur associatif et promoteur touristique, coordinateur général du réseau Oulawndes Associations de Développement Soutenables des Territoires Oasiens et Sahariens, il a été décidé au sein du réseau de lancer un appel de détresse à travers une pétition adressée au chef du Gouvernement, lui signifiant « le calvaire vécu par les populations de la région en vue de tirer la sonnette d’alarme et de voir nos responsables penchés sérieusement sur cette réalité déplorable afin de pouvoir trouver des solutions concertées avec les locaux autour de cette grave crise ».

Selon les signataires de cette pétition, dont copie est parvenue à la rédaction du Journal, il s’agit là d’un appel de détresse incitant le Gouvernement à :

Procéder à une évaluation de la situation socio-économique au niveau de cette destination touristique gravement impactée par le COVID-19 et au soutien matériel urgent des populations touchées par cette crise.

–  Trouver des solutions palliatives durables assurant la paix sociale dans la région et susceptibles d’assurer une vie digne et honorable pour ses populations.

–  Renforcer les capacités institutionnelles et professionnelles des différentes organisations professionnelles et des différentes personnes actives dans le secteur.

–  Généraliser la couverture sociale et sanitaire et faire en sorte que toutes les populations bénéficient de leurs services

–  Prendre en considération l’approche participative dans l’évaluation de la situation du secteur touristique dans la région et le traitement des anomalies qu’il a connu et connait et connait encore de nos jours en vue de trouver des solutions concertées susceptibles de réorganiser le secteur et d’assurer la protection de l’écosystème naturel de la Zone entre autre.

Ceci étant, il y a lieu de souligner au passage que la région de Tafilalet (Province d’Errachidia) dispose d’un grand potentiel touristique vu la diversité des données naturelles, la richesse de son patrimoine historique et culturel et l’importante de sa variété tribale, ce qui constitue au niveau du grand  Tafilalet une  mosaïque d’hommes et de traditions.

Les atouts touristiques de cette province sont aussi bien nombreux que variés. Une multitude de sites paradoxaux avec les dunes féeriques de Merzouga, palmeraie verdoyante des vallées le long des oueds respectifs de Ziz, Ghris et de Guir constituant la grande oasis de Tafilalet.

La vocation touristique de la province est confirmée encore davantage par la richesse des arts populaires et du folklore, mais aussi et surtout par le nombre et la diversité  des sites touristiques

Dans ce cadre, il y a lieu de noter que le produit touristique est réparti en quatre principaux thèmes à savoir : Le tourisme  culturel, le tourisme désertique et oasien, le thermalisme

Ainsi, le tourisme culturel dans la province d’Errachidia se manifeste par le patrimoine architectural et urbanistique de ses ksours et casbahs, par la richesse des us et coutumes des différentes tribus de la région, ce qui a contribué à l’enrichissement de la civilisation qu’a connue le grand Tafilalet.

Ainsi, le tourisme culturel dans la province d’Errachidia se manifeste par le patrimoine architectural et urbanistique de ses ksours et casbahs, par la richesse des us et coutumes des différentes tribus de la région, ce qui a contribué à l’enrichissement de la civilisation qu’a connue le grand Tafilalet.

Sur le plan du tourisme désertique et oasien, l’espace saharien, situé au sud de la province, avec ses nombreux oasis offrant ombre et gîtes, constitue un produit original et typique fort prisé qui fait partie du tourisme écologique en vogue de nos jours et qui répond au besoin de l’aventure et de la découverte de la nature du tourisme international

Aussi, les sources existantes dans la province notamment celle de Hammat My Ali Chérif et Hammat My Hachem sont visitées pour la qualité thérapeutique de leurs eaux dans le cadre du thermalisme les dunes de sable de Merzouga sont particulièrement fréquentées par les visiteurs nationaux et internationaux pour des cures de bains de sable.

Source : http://premiumtravelnews.com/  Par Mohammed Drihem

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer